Les temples boudhistes et les sanctuaires shinto sont nombreux au Japon, très nombreux, très très nombreux. Il n’est pas rare d’en croiser dans le coin d’une rue, parfois même entre des buildings. Il faut toutefois arriver à différencier ces deux lieux de culte qui ne sont pas dédiés à la même religion et qui arrivent pourtant très bien à cohabiter ensemble. Attention, on ne prie jamais de la même manière dans ces deux édifices religieux.

Les temples bouddhistes

Au Japon, les temples boudhistes sont comme leur nom l’indique dédiés au bouddhisme, une religion qui disparait peu à peu du paysage japonais. Le bouddhisme n’est pas la première religion au Japon, elle est seulement apparue à partir du VIe siècle. A la différence des sanctuaires, les temples bouddhistes n’ont pas de torii à l’entrée, cette grande porte sacrée rouge et noire. De plus un temple bouddhiste affichera une statue de Bouddha. Le nom des temples terminera toujours par -tera, -ji ou in.

Les sanctuaires shinto

Religion ancestrale, le shintoïsme s’affiche très nettement de toute part du Japon avec une multitude d’édifices religieux. On reconnaît les sanctuaires shinto grâce aux torii à l’entrée. Plus nombreux et généralement plus petits, on peut aussi les distinguer au nom qu’il porte donc la terminaison a souvent pour suffixe -jinja/u ou -taisha.

  • Découvrez notre sélection de sanctuaires shinto à Tokyo (à venir)
  • Découvrez notre sélection de temples bouddhiste à Tokyo (à venir)
  • Découvrez comment prier dans un sanctuaire shinto (à venir)
  • Découvrez comment prier dans un temple bouddhiste (à venir)

Poster un commentaire